Que cuisiner cette semaine

v

Bonjour. Gabrielle Hamilton a arrêté de boire pendant le mois de janvier et a vu sa consommation de sucre monter en flèche: gâteaux de supermarché; pintes de crème glacée; beaucoup de barres Little Debbie Nutty Buddy.

«Alors que le Nutty Buddy, avec sa garniture au beurre de cacahuète, ses couches de gaufrettes et son enrobage au chocolat au lait, était une bombe de dextrose, de produits chimiques et de« chocolat »qui ressemblait à de la cire dans la bouche», a-t-elle écrit pour The Times cette semaine , «C’était devenu ma nouvelle envie préférée. À bien des égards, c’était juste pour moi: sucré mais salé, croustillant et nature et noisette. Comme d’habitude, cependant, je me suis demandé si je pouvais faire ma propre version avec, vous savez, presque pas de sucre, et peut-être un chocolat extra-amer et de haute qualité.

Et avec l’aide de son amie Katherine Yang, une pâtissière, c’est exactement ce qu’elle a fait et a livré avec sa chronique une recette d’un succulent gâteau aux gaufrettes au beurre d’arachide (ci-dessus). C’est ce que Gabrielle appelle «délicieusement doux, pas doux aux dents». J’espère que vous y arriverez aujourd’hui.

Ce dessert est un projet, c’est sûr. Alors gardez votre dîner simple: peut-être ces spaghettis faciles à préparer avec des tomates cerises et du chou frisé?

Lundi, j’aime l’idée de cette soupe aux épinards et coriandre au tahini et au citron.

Le mardi pourrait être bon pour une soupe aux pois cassés à l’autocuiseur avec de la crème de raifort, prête dans environ une heure. Vous pouvez le faire avec un jarret de jambon fumé absolument, mais c’est assez joli avec des ailes de dinde fumée ou, si ce n’est pas une option, avec une pincée de bacon haché croustillant ajouté à la fin.

Pour le repas du mercredi, qui pour beaucoup est la plus grosse déception de la semaine, coincé entre les pôles du dimanche et du samedi, je pense que vous pourriez envisager de commander à emporter et de vous accorder une pause dans le cycle sans fin de la cuisine-cuisine cuisine. Mais je comprends si ce n’est pas un jeu – vous n’avez pas l’argent, ou il n’y a pas de bonnes options à emporter où vous restez; vous ne voulez pas commander de plats à emporter; vous aimez cuisiner. Dans ce cas: Chicken Piccata et Dean Martin, «Everybody Loves Somebody».

Jeudi: tacos, choix du cuisinier. La Quesabirria est très à la mode. Le style du collège ne l’est pas. Les deux sont fantastiques.

Et puis le vendredi, vous pouvez vous glisser dans le week-end sur le dos d’un poulet rôti. La version saumurée au babeurre de Samin Nosrat est un atout si vous avez le temps de préparer la marinade la veille. Le poulet rôti de Jacques Pépin est la voie à suivre si vous ne le faites pas. Ayez des pommes de terre écrasées et frites sur le côté et des épinards sautés.

Des milliers et des milliers d’autres recettes à cuisiner cette semaine vous attendent sur NYT Cooking. Allez parcourir nos allées virtuelles et voyez ce qui vous plaît. Vous pouvez, bien sûr, enregistrer les recettes que vous aimez. Vous devriez évaluer les recettes que vous avez préparées. Et si vous avez proposé un hack ou une substitution d’ingrédients, n’hésitez pas à laisser des notes sur une recette, que ce soit pour vous-même ou pour vos collègues abonnés.

Oui, vous avez besoin d’un abonnement pour profiter de tous les avantages de NYT Cooking. Les abonnements soutiennent notre travail et lui permettent de continuer. J’espère, si vous ne l’avez pas déjà fait, que vous vous abonnerez à NYT Cooking aujourd’hui.

Nous serons prêts à tout, au cas où vous rencontriez des problèmes dans la cuisine ou sur notre site et nos applications. Écrivez juste à cookingcare@nytimes.com et quelqu’un vous répondra, je le promets.

Maintenant, ça n’a absolument rien à voir avec les tostones ou le kombu, mais je n’allais pas lire le premier roman de Christine Smallwood, «The Life of the Mind», pas question. Fiction dans le milieu universitaire: passe difficile. Mais ensuite, j’ai lu la critique du livre de John Williams dans le Times et je me suis retrouvé en train de rouler à la bibliothèque. «Le roman de Smallwood», a-t-il écrit, «est un bon argument pour juger un livre sur la seule (mais haute) norme de la vivacité et de l’incisivité de sa prose.» J’en suis.

Brooklyn Vegan a une entrevue avec Vernon Chatman et John Lee de «Wonder Showzen», et il semble que le moment soit le plus propice pour relancer l’apparence désastreuse et hilarante du groupe de Lee Muckafurgason sur «Showtime at the Apollo», avec Steve Harvey.

Voici un nouveau poème de Billy Collins dans The New Yorker, «Days of Teen-Age Glory».

Enfin, dans la newsletter de vendredi, j’ai proposé de servir du sabzi polo, du riz aux herbes avec du tahdig, avec le khoresh-e fesenjoon que j’avais recommandé pour Nowruz, le nouvel an persan. Entre autres, l’auteur du livre de cuisine Naz Deravian a lancé un drapeau: les plats ne fonctionnent pas du tout bien ensemble, a-t-elle dit (gentiment!). Toutes mes excuses si vous avez découvert ce fait par vous-même. J’irais plutôt avec du riz nature avec peut-être un peu de safran? Le polo sabzi serait probablement meilleur avec du poisson. Je serai de retour lundi.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *