Le monde a désespérément besoin de plus de vaccins Covid – les brevets ne devraient pas gêner | Coronavirus

v

Biolyse est un petit fabricant de produits pharmaceutiques au Canada avec une proposition simple: fournir une recette pour un vaccin contre le coronavirus, et il produira des doses de 20 millions pour les pays du sud du globe. Il a contacté AstraZeneca et Johnson & Johnson, et a même demandé au gouvernement canadien de l’aider avec une licence obligatoire – ce qui lui donnerait l’autorisation de produire le produit breveté d’une autre société pour une utilisation d’urgence – mais jusqu’à présent, personne n’a accepté son offre.

Quand je l’ai contacté par téléphone cette semaine, John Fulton, le vice-président de Biolyse, m’a dit: «Nous avons été dépassés. Nous avons cette capacité de production et elle n’est pas utilisée. Si nous avions commencé l’année dernière, nous aurions pu expédier des millions de doses maintenant. C’est censé être comme un effort de guerre, tout le monde ensemble. Mais cela ne semble pas être le cas.

La situation semble incroyablement myope. Le monde a désespérément besoin de vaccins contre les coronavirus. Environ 430 millions de doses ont été produites jusqu’à présent cette année, assez pour environ 215 millions de personnes. Et parmi les doses déjà administrées, environ la moitié est allée aux 16% les plus riches de la population mondiale. Covax, l’initiative de l’Organisation mondiale de la santé visant à transférer des vaccins vers les pays dans le besoin, n’a délivré que 38 millions de doses. Selon l’analyse du Center for Global Development et de The Economist, les pays du sud du globe pourraient ne pas parvenir à une vaccination généralisée avant 2023.

La situation est désastreuse et nous avons besoin de plus de vaccins. Pour le moment, il n’y a pas d’effort conjoint au niveau mondial pour développer la production. Aussi incroyable que cela puisse paraître, après tout l’argent public consacré au développement des vaccins, leur fabrication et leur distribution ont été entièrement laissées au marché. Chaque entreprise a ses propres recettes et chaînes d’approvisionnement – totalement secrètes – et insiste sur le fait qu’aucune autre approche n’est possible.

Mais l’offre Biolyse suggère une autre voie. Il s’agit d’un fabricant de médicaments de chimiothérapie, certifié pour produire des composés biologiques avancés pour injection. «Nous avons les installations et l’équipement, les bioréacteurs, nous avons la capacité de remplissage et de finition. En fonction de l’aide que nous recevons pour le transfert de technologie, nous pourrions être prêts dans quelques mois », explique le directeur de production de Biolyse, Claude Mercure. «Je ne comprends pas la position de l’industrie pharmaceutique à ce sujet. Tout le monde a besoin de gagner de l’argent, bien sûr. Mais c’est une situation très grave et il n’y a aucune raison d’être aussi dure », a-t-il ajouté.

Fulton dit qu’il a été en contact avec d’autres fabricants qui disent qu’ils ont également une capacité de réserve – par exemple, les compatriotes canadiens Pnuvax et le producteur bangladais Incepta. Il espère mettre sur pied un consortium pour renforcer leur offre à l’industrie.

De nombreux gouvernements et organisations soutiennent l’idée d’ouvrir la production. L’Inde et l’Afrique du Sud ont demandé à l’OMC de suspendre la protection des brevets pour permettre à d’autres entreprises de produire des vaccins et des médicaments existants – mais elles ont été bloquées par les pays riches. D’anciens dirigeants mondiaux et lauréats du prix Nobel ont appelé à la suspension des brevets et à la coordination de la production à travers le monde – le genre d’effort mondial qui a éliminé la variole et la polio au XXe siècle. Mais jusqu’à présent, leurs efforts n’ont pas abouti.

Cela marquerait un abandon du statu quo. L’industrie pharmaceutique s’appuie depuis longtemps sur un régime de propriété intellectuelle mondial très strict pour s’assurer qu’elle est l’unique fournisseur de ses médicaments les plus rentables. Pour eux, il s’agit d’un enjeu existentiel qui va au-delà de la crise actuelle. Les arguments contre l’ouverture des droits de fabrication de vaccins contre les coronavirus sont les mêmes que ceux que l’industrie a toujours utilisés: cela étoufferait l’innovation et que le transfert du savoir-faire à d’autres serait trop difficile ou ne fonctionnerait tout simplement pas.

Mais les vaccins contre les coronavirus ont été créés avec d’énormes quantités de recherche publique. Et les fabricants de médicaments génériques des pays en développement ont prouvé à maintes reprises qu’ils pouvaient fabriquer de grandes quantités de médicaments de haute qualité, pour une fraction du prix.

Ce système, où une entreprise qui détient le brevet d’un médicament peut monopoliser sa production, même en cas d’urgence mondiale, est une invention récente. Pendant la seconde guerre mondiale, le gouvernement américain a contraint les sociétés pharmaceutiques à partager des recettes d’antibiotiques. Dans le cadre de la campagne mondiale contre la variole, l’OMS a tenu à jour un registre des techniques de fabrication et des recettes, les évaluant et aidant à partager la technologie à l’échelle mondiale. Nous avons collectivement reconnu que certaines choses sont plus importantes que la protection juridique du profit.

En fait, avant l’OMC et la prolifération des traités commerciaux, les pays du monde entier utilisaient régulièrement des «licences obligatoires» pour permettre à l’industrie pharmaceutique de permettre aux fabricants locaux de produire des médicaments après avoir payé une redevance. C’était si peu controversé que le Canada le faisait pour les médicaments anti-ulcéreux. Les brevets n’étaient pas toujours sacro-saints. Biolyse travaille actuellement avec l’organisation à but non lucratif Knowledge Economy International pour appliquer une loi canadienne peu utilisée autorisant l’octroi de licences obligatoires pour leur permettre de continuer. Mais les progrès ont été lents.

Il peut sembler qu’il est un peu tard dans la crise pour essayer de nouvelles approches. Mais la vérité est que pour une grande partie du monde, la pandémie n’a même pas atteint son point médian. La pénurie mondiale de vaccins se poursuivra probablement pendant des années. Permettre aux grandes sociétés pharmaceutiques de gérer leurs affaires comme d’habitude n’a fonctionné que pour quelques riches. Il y a des gens prêts à travailler pour le genre d’approche mondiale que nous avions dans le passé, nous devons soutenir leurs efforts.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *